Publié le : 23/04/2017

Evacuation massive des populations

Les inondations majeures peuvent nécessiter l’organisation et la mise en œuvre par les pouvoirs publics d’importantes opérations d’évacuation des populations. Ce fut le cas par exemple à New-York, au passage de l’ouragan Sandy en octobre 2012 où près de 375 000 habitants durent quitter leurs logements menacés par la submersion, ou encore, en Europe Centrale, en août 2002, où 300 000 personnes durent évacuer les hauts-bassins de l’Elbe et du Danube. Plus récemment, en juin 2013, les inondations ayant affectées la ville de Calgary, au Canada, ont entrainé l’évacuation de 100 000 personnes.

 

La France a également connu de nombreuses inondations ayant nécessité l’organisation d’évacuations, comme ce fut le cas encore récemment dans les départements de l’ouest des Pyrénées. Ces opérations sont néanmoins restées, jusqu’à présent, d’ampleur limitée, impliquant généralement l’évacuation de quelques centaines à quelques milliers de personnes. La raison principale est que les territoires français concentrant les populations les plus importantes ont été relativement épargnés par des inondations majeures au cours des dernières décennies.

 

Il est néanmoins indispensable que les territoires accueillant de nombreuses populations en zone inondable se préparent à faire face à des évènements pouvant impacter plusieurs dizaines ou centaines de milliers d’habitants et nécessiter l’organisation d’évacuations d’ampleur inédite.

 

La désignation des Territoires à Risques Importants (TRI) en 2012 dresse un panorama des territoires qui pourraient être concernés à l’avenir par des évacuations massives. C’est en particulier le cas des TRI identifiés comme d’importance nationale (Ile-de-France, agglomérations de Lyon, Strasbourg, Tours, Nantes…), c’est aussi le cas des zones littorales, en raison du fort accroissement attendu des populations, conjugué à l’augmentation prévisible de l’intensité des aléas côtiers, en lien avec les changements climatiques.

 

Plusieurs Etats de l’Union Européenne ont commencé à se préparer à des évacuations massives tels que les Pays-Bas, où les autorités ont pris conscience que le «tout protection» ne pouvait être l’unique réponse au risque inondation, ou encore le Royaume-Uni, qui a organisé l’exercice «Watermark» en 2011, le plus important de son histoire, mobilisant plus de 200 000 participants pendant près d’une semaine, et simulant des inondations d’ampleur nationale affectant 500 000 personnes dans toute l’Angleterre et le Pays-de-Galles.

 

En France, certains territoires ont également entamé un travail de préparation en vue d’une évacuation massive des populations. C’est en particulier le cas en Loire moyenne, où des plans d’évacuation ont été élaborés dans les vals d’Authion, d’Orléans et de Blois.

 

Cette dynamique doit se poursuivre, se diffuser, et amener tous les territoires susceptibles d’être un jour concernés par l’évacuation massive de ses habitants, à se préparer.

 

Le CEPRI va apporter sa contribution aux réflexions actuellement en cours en rassemblant les connaissances et les expériences françaises, européennes et internationales en la matière pour nourrir un guide méthodologique sur la planification des évacuations massive des populations exposées à l’inondation.

 

Calendrier : Janvier-juillet 2014

Production : Télécharger le guide "L’évacuation massive des populations - Les territoires face à l’inondation", mai 2014.

 

Si vous souhaitez avoir des informations complémentaires, contactez-nous : rodolphe.pannier@cepri.net