CEPRI.net > Accueil > Nos compétences > Autres projets > Accompagnement des élus locaux

Publié le : 01/05/2017

Accompagnement des élus locaux

La réalité est là : l’inondation possède un impact global quand elle survient sur un territoire. Elle n’épargne aucun secteur de la vie municipale et s’étend le plus souvent aux communes voisines.

 

Dans le contexte de la mise en oeuvre de la directive inondation (2007/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2007 relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondation) à travers la loi Grenelle II (loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement) et son décret d’application (décret n° 2011-227 du 2 mars 2011 relatif à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondation), le CEPRI a souhaité apporter un éclairage aux élus sur certains éléments de ce texte.
En effet, le contenu de la directive interpelle les autorités publiques sur les “conséquences négatives potentielles d’inondations futures”. De quoi s’agit-il ? Au-delà de cette formulation, ce texte impose l’idée que les inondations peuvent avoir des conséquences pour les collectivités territoriales qui ne sont pas à prendre à la légère. 

Le CEPRI a choisi de donner la parole à des maires qui ont vécu une inondation, ou bien qui sont conscients qu’ils en subiront une un jour, et qui oeuvrent pour en réduire les impacts sur la vie de leur commune.

Chacun des maires interrogés a connu un certain type d’inondation (débordement de cours d’eau lié à une crue lente ou rapide, rupture de digue, submersion marine, ruissellement pluvial, coulée de boue, remontée de nappe...), dans une région spécifique du territoire métropolitain. Mais au-delà de cette hétérogénéité liée aux caractéristiques propres de l’évènement et de la situation géographique de la commune, tous ont subi des conséquences comparables. Que ce soit en termes d’atteinte à la sécurité des habitants, à la vie économique de leur territoire, au fonctionnement de leurs services publics, ou à leur image de marque, les conséquences ont été désastreuses et ont bloqué la vie de la commune pendant un certain temps. Or, ces impacts ne diminueront pas dans les années à venir, en raison de l’augmentation de la sensibilité de nos sociétés à des interruptions de services ou de réseaux et à celle des phénomènes naturels de grande ampleur que l’on peut attendre du changement climatique.

Pour éviter ces conséquences, ou du moins les atténuer, il est nécessaire d’anticiper et d’agir afin de ne pas subir l’inondation et de se retrouver démuni après son passage. Plus le maire prend des initiatives pour réduire les effets d’une inondation, plus sa commune pourra revenir rapidement à une situation normale. Le maire est ainsi le chef d’orchestre de toute une série d’actions pour ne pas aggraver la situation et adapter le territoire de sa commune au risque. Il peut décider d’être à l’origine d’une véritable stratégie locale de réduction des conséquences négatives des inondations.

 

Partenaires : MEDDTL, AMF, Communes d’Ambès, Andrézieux-Bouthéon, Bellegarde, Fourques, Lattes, Mommenheim, Nîmes, Noirmoutier-en-l’île, Quimper, Saint-Amans-Soult, Saint-Pierre-des-Corps, Sommières, Vaison-la-Romaine et Villers-Ecalles.

Calendrier : juin 2010 – septembre 2011.

Production réalisée : Téléchargez le guide de recueil de témoignages : " Pourquoi prévenir le risque d'inondation - Le maire et la réduction des conséquences dommageables des inondations".

 

Si vous souhaitez avoir des informations complémentaires, contactez-nous : info@cepri.net